On en entend de plus en plus parler (en tout cas, dans mon monde et celui des naissances libres et naturelles ;)) : le placenta peut se consommer ! D’ailleurs, c’est ce que font la plupart des espèces mammifères, après la naissance. Je sais, je sais, ça peut paraître étrange, et pourtant…

Vivement décrié sur le net, car aucune étude ne viendrait en confirmer l’intérêt, les très nombreuses femmes qui s’y sont essayées sont quasi unanimes, les bénéfices ont été là !

Mais pourquoi faire une chose pareille ?

Plusieurs raisons sont avancées du fait de sa teneur en nutriments (vitamines, minéraux, etc.), cellules souches et hormones

  • des tranchées moins douloureuses
  • une meilleure récupération en post-partum (fatigue et douleurs moindres)
  • une lactation stimulée
  • un utérus ainsi que toute la sphère gynéco aidés à reprendre leur place plus facilement
  • une diminution de la dépression post-partum
  • pour la symbolique, la maman consommant ce qui a également nourri leur bébé
  • côté bébé, il serait un super allié pour son système immunitaire pour lutter contre les maladies infantiles

Comment le consommer ?

Concrètement, il existe plusieurs possibilités pour le consommer : 

  • frais, après la naissance, on en prélève un petit morceau que l’on mélangera à un smoothies par exemple #bonappetit ! On pourra en congeler d’autres petits morceaux que l’on consommera dans les semaines suivant l’enfantement en évitant de le chauffer. On dit 1 morceau par semaine pendant tous le 3ème trimestre de la grossesse
  • encapsulé sous forme de gélules : un processus qui consiste à sécher le placenta, puis le broyer en poudre, avant de la mettre en capsule
  • sous forme de granules homéopathique : après prélèvement d’un morceau ainsi que qqs gouttes de sang de cordon qui seront envoyés aux labos pratiquant la dilution
  • en teinture mère, réalisée elle-aussi à partir d’un petit prélèvement

Pour toutes les transformations, vous pouvez trouver des professionnel.le.s formé.e.s qui les effectuent, souvent des doulas ou des sages-femmes. 

De nombreuses options à envisager si l’aventure vous tente… Vous avez déjà testé ?