Allergie au lait de vache, à la caséine, intolérance au lactose… des termes que l’on entend de plus en plus fréquemment autour de nous. Alors effet de mode ou véritables problématiques de santé ? Si le sujet vous intéresse, je vous propose d’y voir un peu plus clair…
 
Tout d’abord, il faut bien comprendre qu’une allergie au lait de vache (ou d’autres animaux) ou une allergie aux protéines de lait de vache (dont la caséine) et une intolérance (le plus souvent au lactose), ce n’est pas la même chose. 
 
Or entend parfois parler d’intolérance (mot que l’on utilise beaucoup par habitude) or il s’agit bien d’une allergie aux protéines de lait, le plus souvent de vache, mais pas que ! L’intolérance est un autre mécanisme ne faisant en rien intervenir le système immunitaire et qui se déclare à partir de 4 ou 5 ans voire même beaucoup plus tard. Il s’agit “simplement” d’un déficit en lactase, une précieuse enzyme participant à la digestion du lactose, dont la fabrication décroit avec l’âge jusqu’à être supprimée chez certaines personnes.
 
 
En ce qui concerne l’allergie, le système immunitaire réagit donc aux protéines de lait qu’il reconnait comme des intrus à éliminer en faisant intervenir des cellules immunitaires ou des anticorps. Cela peut-être dans le cas de lait directement, mais aussi dans le cas de bébé allaités lorsque la maman consomme des produits laitiers. Aucun bébé ne nait allergique, il le devient suite à des contacts répétés avec la substance en question face auxquels le système immunitaire va réagir et donc des anticorps IgE être fabriqués. C’est en quelque sorte, un mauvais aiguillage du système immunitaire qui en vient à considérer ces protéines de lait comme dangereuses pour l’organisme et y réagit de façon parfois très violente.
 

Des allergies de deux types : immédiates ou retardées.

Dans le cas d’allergies immédiates, les réactions et symptômes sont instantanés ou quasi-instantanés (maximum quelques minutes après ingestion du lait voir même parfois simple contact cutané), c’est à dire que dès que les protéines de lait entre en contact avec l’organisme, celui-ci réagit. Souvent il s’agit de symptômes de type respiratoire, d’oedèmes ou de gonflement, d’urticaire, … Ce type d’allergie est également appelée IgE-dépendante.
Quant aux allergies retardées, elles sont souvent plus difficiles à diagnostiquer car les symptômes peuvent être de nature très variés et surtout ils apparaissent plusieurs heures (voire même plusieurs jours) après ingestion des protéines de lait.
Dans ce cas, il peut s’agir :
  • de perturbations digestives : ballonnements, gaz, diarrhées ou au contraire constipation, douleurs abdominales, de régurgitations excessives ou de RGO (Reflux Gastro Oesophagien)
  • de problèmes cutanés : eczéma, démangeaisons, …
  • de cassure de la courbe pondérale : une courbe de poids stagnante voire même qui baisse
  • de symptômes comportementaux : irritabilité, agitation particulière, sommeil perturbé, … peut-être les symptômes les plus délicats à reconnaître et avec lesquels il est parfois difficile de faire le lien tant c’est subtil… 

Que faire si votre bébé/enfant est allergique ?

Si vous constatez un ou plusieurs de ces symptômes chez votre bébé :

  • Tout d’abord, commencer par supprimer toutes les sources de produits laitiers de l’alimentation de votre enfant et/ou de la votre si vous allaitez : préparations commerciales à base de lait de vache (mais parfois chèvre et brebis également), lait, crème, yaourts et desserts lactés, beurre, un trèèèès grand nombre de produits industriels contenant soit ces produits cités précédemment, soit du lactose, de la poudre de lait, des laits concentrés, etc. : bien vérifier toutes les étiquettes ! Et ne pas hésiter à vous faire accompagner si cela vous parait trop difficile. 
  • Et ensuite, consulter un pédiatre spécialisé dans l’accompagnement des allergies ou un allergologue. Il vous guidera dans des protocoles d’éviction puis de réintroductions progressives.
Ici pour mon second garçon et après un an d’allergie à tous les produits laitiers animaux, on a totalement réintégré chèvre et brebis. En revanche, les protéines de vache sont encore source de réactions a presque 19 mois… sous forme de manifestations nerveuses parfois difficiles à repérer… fort heureusement les RGO et fortes douleurs semblent avoir disparues. 
Et chez vous ? des allergies, des intolérance ou rien du tout ?
 
.