Non, non, ne partez pas en courant, je vous assure que c’est un sujet hyper intéressant et important !

La glaire cervicale, ce sont des sécrétions vaginales tout à fait normales et naturelles mais souvent perçues comme sales, honteuses, ou même encore, confondues avec des mycoses.
Elles sont sécrétées par les cryptes cervicales, des amas cellulaires situés au niveau du col de l’utérus et ont pour rôle de nettoyer, protéger ou lubrifier.

Si vos cycles sont naturels (sans influence hormonale ou même de DIU au cuivre (qui amoindri la quantité sécrétée)), la glaire évolue au fil du temps et se révèle donc porteuse de nombreuses indications.

? Du début du cycle jusqu’au moment de l’ovulation, la glaire aura un aspect de plus en plus filant et élastique (que l’on compare souvent à du blanc d’oeuf cru),. A ce moment -là, elle sera une sorte de trame à travers laquelle les spermatozoïdes vont pouvoir mieux se mouvoir jusqu’aux trompes et ainsi avoir une chance de féconder l’ovule.

? En phase progestative, c’est ç dire, de l’ovulation jusqu’aux règles, la glaire va changer d’aspect. Elle devient cassante, jaune, plus épaisse, ne permettant plus aux spermatozoïdes de progresser. On est passé en phase infertile !

Les intérêts de cette observation :

  • mieux connaître votre corps et comprendre vos cycles
  • repérer précisément votre fenêtre de fertilité que vous soyez en projet bébé ou au contraire que vous souhaitiez utiliser cette méthode (appelée méthode Billings) pour votre contraception.

En symptothermie, dont je vous ai déjà parlé dans un post précédent, on couple l’observation de la glaire cervicale à la prise de température, ce qui permet d’élever le niveau de fiabilité de la méthode.

Des adeptes par ici ? Tentées par l’aventure ?