Je vais essayer de vous résumer ici ce qui se passe côté hormonal dans les différentes phases du cycle féminin.
Comme toujours, dans l’optique de mieux comprendre notre corps et d’en être plus proche, de lui accorder plus d’importance, et de bienveillance.

Le printemps, la pré-ovulation

 
Cette 1ère partie est gouvernée par cette hormone bien connue qu’est l’oestrogène. Dans cette phase, un des deux ovaires fabrique et fait maturer des follicules, qui eux même font maturer des ovocytes. Ce sont ces follicules qui produisent l’oestrogène, dont la quantité augmente de plus en plus jusqu’à l’ovulation.

L’été, l’ovulation

L’ovulation est le moment où il y a expulsion de l’ovocyte du follicule qui a le plus évolué, cet ovocyte devient alors ovule. Tout ceci sera déclenché par ce fameux pic d’œstrogènes dont on parle souvent. L’ovulation est donc le moment où l’oestrogène est présent en plus grande quantité, c’est la période de fécondité (aux alentours du 14ème jour, selon la longueur de votre cycle).

L’automne, le post-ovulation

Pendant la période post-ovulatoire, le follicule dont l’ovocyte a été expulsé (=follicule de Graaf) se transforme en corps jaune. C’est lui qui va fabriquer la progestérone, hormone principale de la seconde partie de notre cycle. Une petite part d’oestrogène continue également d’être fabriquée, mais en quantité bien inférieur qu’avant l’ovulation. Dans le cas où il y a eu fécondation, le corps jaune reste en place pendant 3 mois et continue de fabriquer la progestérone, jusqu’à ce que le placenta prenne le relais

L’hiver, les lunes

Enfin arrivent les règles ou les lunes (c’est plus joli :)) si l’ovule n’a pas été fécondé. Alors le corps jaune se désintègre et se transforme en corps blanc autour du 26/28ème jours (toujours variable en fonction de la durée de votre cycle!). Il n’y a donc plus d’hormones fabriquées : ni oestrogène, ni progestérone. C’est la fameuse chute hormonale déclenchant nos lunes (et toutes sortes d’autres ressentis plus ou moins agréables !) qui va détruire et évacuer la muqueuse interne de notre utérus (qui correspond à la couche superficielle de l’endomètre).

 
J’espère que ces rapides explications sont assez claires et compréhensibles. Si des questions subsistent ou des points restent flous, n’hésitez pas à demander en commentaires 🙂
Et vous, vous aviez conscience tout ce qui se passait chaque mois dans votre corps