Ça y est, les fêtes sont définitivement derrière nous, l’épiphanie et la galette sont passées aussi… plus d’excuse pour offrir un peu de repos à votre système digestif et votre corps !

Toutefois, l’idée est de ne pas être trop radical, ni de trop pousser l’organisme en mode détox, contrairement à ce que vous allez pouvoir lire dans tous les magazines féminins.

Pourquoi ? Tout simplement parce que nous sommes en plein hiver et qu’il fait bien froid (ici en tout cas, il neige à gros flocons en ce moment même !). Or, le foie et les reins, deux des principaux organes émonctoriels du corps humain, ont besoin de chaleur pour fonctionner au mieux. (Le bon sens des anciens  voulaient qu’il garde une ceinture de flanelle directement sur la peau au niveau des reins pour les maintenir au chaud !). Ce qui explique que les saisons de drainage sont plutôt le printemps et l’automne. Alors pour ne pas fatiguer davantage ces véritables petites usines (car leur rôle ne se résume pas à de simples filtres comme on pourrait le penser), on évitera de les faire fonctionner à plein régime en leur demandant d’éliminer tous les excès des dernières semaines.

A travers ces quelques conseils qui vont suivre, l’idée est plutôt d’aller soutenir, aider, soulager votre foie, vos reins et les autres émonctoires (intestins, peau et poumons pour les principaux) au maximum. Ceci afin de vous revitaliser et redonner de l’énergie disponible à votre corps physique (mais aussi sur les autres plans).

Boire suffisamment

Conseil basique, mais ô combien important lorsque l’on sait que notre corps est constitué au minimum à 70% d’eau. Choisir des eaux de qualité (de source avec peu de résidus à sec ou filtrée à osmose inverse). Commencer votre journée avec un verre d’eau tempérée ou tiède et quelques gouttes de citron (vert c’est encore mieux). J’ai bien dit quelques gouttes (3 ou 4 suffisent), car très peu d’organismes peuvent se permettre de supporter un demi-jus de citron entier sur un estomac à jeûn (contrairement à ce qu’on peut lire à de nombreux endroits).

(Re)prendre de bonnes habitudes alimentaires

Simple en théorie et pour certains, plus compliqués pour d’autres. Bien sûr l’alimentation est à individualiser selon les profils, mais les grandes règles restent communes à tous. On commencera par enlever tout ce qui à tendance à surcharger l’organisme : les graisses saturées (fritures, charcuterie, produits laitiers, beurre, margarine, viennoiseries, plats en sauce, etc.), les sucres raffinés de mauvaises qualités (confiseries, bonbons, chocolats, sucre blanc, etc.), les viandes rouges ainsi que l’alcool. Puis on veillera à intégrer à chaque repas des fruits et légumes frais et variés (cuit à la vapeur douce, en soupe, purée, mousseline, ou un peu sous forme crue si votre organisme vous le permet et si vous n’êtes pas trop frileux : jus (que vous pourrez faire légèrement tiédir au bain marie) ou crudités), de bonnes sources de graisse (huile d’olive, de noix, de chanvre, de cameline ou de lin, avocat, petits poissons gras type sardines ou maquereaux, quelques amandes, etc.), des protéines légères (poissons, crustacés, viandes blanches, légumineuses, oléagineux, etc.). Rien de très compliqué en somme et largement suffisant au niveau de votre assiette.

Réaliser une monodiète

C’est à dire ne consommer qu’un seul aliment (de saison) à volonté sans aucun ajout de matière grasse, sel, sucre ou épice). Par exemple de la compote de pommes. Vous pouvez très bien faire cette monodiète un soir ou deux dans la semaine. Commencer à partir de 16/17h puis poursuivre sur le petit déjeuner si vous vous en sentez capable. Ce qui l’air de rien va mettre votre petit corps au repos pas loin d’une petite journée. Si les monodiètes paraissent difficiles, tenter les repas dissociés le soir sur quelques jours voire une semaine (à définir selon votre profil et les excès réalisés). Un repas dissocié ne mélangera pas de protéines avec des céréales. Il conviendra donc d’associer une portion de légumes à une portion de céréales ou une portion de légumes à une portion de protéines. Pour le dessert, si vraiment il est indispensable, choisir une compote sans sucre ajoutée.

Pratiquer une activité physique régulièrement

Choisir une activité plutôt douce, l’hiver n’étant là encore, pas la saison la plus propice pour aller courir un semi-marathon à plein air… Mais un peu de yoga, de chi-gong ou de fitness à la maison restera très doux et permettra à votre corps, à vos cellules de rester en mouvement, de s’activer et ainsi de mieux éliminer. Dans tout les cas, choisir une activité qui vous fasse plaisir et marcher tout simplement dès que vous en avez l’occasion !

Ressortir vos bouillottes

Après votre repas du soir, placer une bouillotte (ou une petite bouteille d’eau chaude enveloppée dans un linge si vous n’avez pas de bouillotte !) sur votre foie (à droite, au niveau des dernières côtes). Pendant 15 à 20 minutes, le temps de lire quelques pages d’un bon roman ou regarder une série par exemple !

Ne culpabilisez pas !

Certes vous avez sans doute fait quelques excès les dernières semaines, mais pas besoin de vous en vouloir ou d’entretenir des sentiments douloureux en sus. Cela ne fera que crisper et bloquer encore plus votre corps physique, épuiser votre corps mental, et souffrir votre corps émotionnel ! Nous sommes souvent déjà relativement abîmés dans nos vies par ce terrible sentiment qu’est la culpabilité, alors s’il vous plait n’en ajoutez pas pour ces quelques excès de table mais aussi de partage, de bonheur et de joie !). Et si cela peut vous rassurer, le corps humain est merveilleusement bien conçu et il a la capacité de retrouver un équilibre par lui-même, en atténuant et gommant petit à petit ces quelques excès. Et en l’aidant un peu grâce à ces quelques conseils, il ne le fera que plus simplement et en douceur !

J’espère que ces quelques conseils vous aideront à prendre soin de vous, de vos corps sur les différents plans. Et à commencer cette nouvelle année dans la sérénité et la bienveillance envers vous-même.