Après quelques mois d’arrêt (pour cause de premiers mois de grossesse… et de flemme ensuite!), j’ai enfin refait mon déodorant maison cette semaine. Et j’en suis toujours aussi ravie. Je ne sais pas vous, mais pour ma part, je trouve les déodorants bio du commerce au pire inefficaces, au mieux hors de prix.

Cherchant à éviter les produits chimiques et perturbateurs endocriniens cachés dans toutes sortes de cosmétiques, j’ai simplifié il y a quelques années déjà ma routine de soin. Ma salle de bain contient donc très peu de produits à proprement parler, si ce n’est quelques cosmétiques de base pour les cheveux (tels que le shampoing ou l’après-shampoing) et du savon au lait d’ânesse ou de brebis. Autrement, je reste fidèle à mes chères huiles ou beurres végétaux, à mes huiles essentielles ou encore de la simple argile (la blanche et la rose étant les plus douces pour les peaux sensibles et fragiles). De temps en temps, j’y amène au besoin quelques ingrédients culinaires (comme dans cette recette de gommage dont je vous avais précédemment parlé ici) et comme ce sera également le cas pour la recette qui va suivre.

Celle-ci a l’avantage de se faire très rapidement, nécessite peu de produits de base et ceux-ci restent relativement accessibles.  En ce qui me concerne je trouve le résultat efficace. En tout cas, bien plus que tous les autres déodorants bio que j’ai eu l’occasion de tester par le passé. (Je ne compare évidemment pas avec des anti-transpirants durant jusque 48h (non mais quelle idée !), anti-trace, anti-tout mais emplis de cochonneries ;-)) et complètement contraire à notre physiologie. Rappelons-le, transpirer est on ne peut plus naturel ET complètement indispensable ! C’est par ce mécanisme que nous pouvons entre autre réguler notre température corporelle ou encore, principe cher en naturopathie, évacuer les fameux acides (mais ce n’est pas la seule manière en revanche). Ces acides sont amenés par notre mode de vie (alimentation, pollution, stress, activité sportive excessive, etc.) ou produits par le fonctionnement de notre métabolisme lui-même. Lorsqu’ils sont présents en excès dans notre corps, ils créent alors un terrain favorable à tous les déséquilibres de l’être. La maladie ne pouvant se développer que sur un terrain acide. Malheureusement, transpirer est aussi mal vu et mal venu car il faut bien l’avouer par forcément très agréable et parfois incommodant. Ce qui explique peut-être que nombreuses personnes que j’accompagne en naturopathie ne transpire pas/plus ou très peu, ayant complètement bloqué ce mécanisme de leur corps. Il faudra alors essayer de réapprendre au corps à transpirer, le rééduquer en quelque sorte… mais je m’égare là !

Comme d’habitude pour l’usage des huiles essentielles, vérifier auparavant que vous n’y présentez pas une intolérance ou une allergie. Pour cela, vous pouvez placer une goutte dans le pli du coude ou à l’intérieur du poignet et vous assurez que vous ne réagissez pas négativement. Les huiles sélectionnées ici ne présentent pas de contre-indications particulières contrairement à certaines autres que l’on retrouve souvent lorsqu’on cherche à lutter contre la transpiration. Je pense notamment à la sauge sclarée, qui peut s’avérer certes efficace sur ce point, mais qui peut aussi avoir un impact à d’autre niveau selon votre équilibre hormonal ou encore être abortive si vous êtes enceinte. A manier avec une extrême prudence donc !

Je m’excuse pour la source inconnue de cette recette… je l’ai trouvée il y a quelques années sur internet, mais impossible de me souvenir où. Toutefois, la plupart des déodorants home made reposent sur cette même base.

Ingrédients :

  • 100g d’huile de coco (celle que vous trouvez au rayon alimentaire de votre magasin bio est parfaite)
  • 60g de bicarbonate de soude (assez fin)
  • 40g de fécule de maïs ou arrow root
  • 5gttes d’HE (huile essentielle) de tea tree
  •  5gttes d’HE de lavande vraie
  • 10gttes d’HE de palmarosa
  • Optionnel : 5g. de cire végétale (pour que la texture soit plus stable)

Recette

  • Faite fondre votre huile de coco (et votre cire végétale si vous souhaitez en utiliser) au bain marie.
  • Ajouter les deux poudres (préalablement tamisées) et mélanger à l’aide d’un fouet jusqu’à ce que le tout soit homogène.
  • Ajouter les huiles essentielles et mélanger à nouveau, avant de transvaser dans votre récipient final.

Pour ma part, j’ai choisi un simple bocal en verre, ce qui veut dire qu’il faudra appliquer le produit à l’aide de vos petites mains. Il est aussi possible de placer votre déodorant encore liquide dans un ancien contenant de déodorant stick (préalablement lavé bien sûr !), l’utilisation n’en sera alors que plus simple !

Si vous avez déjà testé d’autres recettes, sentez vous libre de les partager, c’est toujours un plaisir d’échanger et de partager avec vous ici ou sur les autres réseaux sociaux. N’hésitez pas non plus à me faire vos retours ou donner vos impressions sur cette recette-ci !