Si vous me suivez sur Instagram, j’avais promis il y a quelques temps déjà, un article sur les couches lavables, enfin sur celles que l’on a testé et que l’on utilise ici depuis 7 mois maintenant… Voici donc enfin cet article, qui je l’espère pourra aider quelques jolies âmes passant par ici, faire connaître ce système de couches (presque) zéro déchet, ou encore aiguiller les parents ou futurs parents à la recherche d’alternatives et hésitant à passer ce cap ! 

« Tu vas prendre des couches lavables, ça te fait pas peur ? Ma soeur / belle-soeur / cousine / copine (vous remarquerez l’emploi d’un nom toujours féminin ;-)) voulait elle aussi, mais finalement elle a vite laissé tomber… » Inutile de vous dire à quel point on a tendance à vous décourager lorsque vous affirmez haut et fort, avec votre bidon qui pointe et vos hormones qui s’affolent, que oui, vous entendez bien être une maman naturo/bio/écolo jusqu’au bout de vos convictions ! C’était sans compter ma persévérance et mon côté obstiné… parfois fatiguant (pour mon entourage… et pour moi même !) il faut bien le reconnaître, mais qui me permet bien souvent d’aller jusqu’au bout de mes idées. Oui, oui, même concernant les couches, j’ai ce besoin d’être en cohérence avec mes valeurs. Dans la mesure du possible et du raisonnable bien sûr. Et à plus de 7 mois d’expérience, je n’ai aucun regret. Je vous raconte !

L’intérêt des couches lavables

Vous trouverez mille et un articles sur les avantages des couches lavables par rapport à leurs équivalents en jetable. Et ce n’est pas les derniers scandales en dates sur le contenus nocifs des couches jetables, même écologiques, qui me contrediront. Pour ma part, chacun de ces points positifs m’a séduite.

  • l’aspect santé pour la peau et le bien-être de nos petits : la plupart des couches lavables sont conçues en matériaux entièrement naturels et/ou öko-test ne contenant pas de substances chimiques nocives. De plus, elles permettent à la peau de respirer et diminuent grandement les érythèmes et rougeurs au niveau des fesses de nos bambins. Petit plus, les petits portant des couches lavables seraient propres jusqu’à 6 mois plus tôt. L’absence d’absorbants chimiques, leur permettrait de mieux conscientiser qu’ils sont mouillés (peut-être moins vrai avec les matières telles que le micro-polar ultra absorbant).
  • l’aspect écologique pour l’environnement et la planète. Chaque bébé consommera en moyenne 4500 couches, ce qui correspond à un volume considérable de déchets. Même si l’on tient compte des lavages fréquents et nombreux, les couches lavables restent plus économes en eau et en énergie.
  • l’aspect économique pour votre porte-monnaie. S’il est vrai que les couches lavables représentent un vrai investissement de départ, il sera largement amorti sur la durée. Surtout si vous avez plusieurs enfants !

Et parce que les schémas et illustrations parlent toujours plus que des mots, voici un comparatif très bien fait trouvé sur le blog Mon boudoir de Maman : 

Notre 1ère expérience : les couches boubou de Bou’de Nature

Aucun de mes proches n’ayant testé ce système de couches, j’ai passé des heures sur Internet à écumer les sites et les forums à essayer de décoder le jargon « couche lavable » ! Parce que sincèrement c’est tout un monde (et un champ lexical!) qui s’ouvre à vous lorsque vous commencez à faire des recherches sur les différents types de couches… entre les TE1, TE2, les culottes de protections, les voiles, etc. il y a vraiment de quoi se sentir perdu et vite abandonner si l’on est pas franchement motivé… ou tenace !

Je suivais déjà l’association Bou’de Nature dans mon fil d’actualités facebook avant d’être maman. Sans m’intéresser alors à l’aspect « technique » des produits, j’avais été séduite par sa démarche éthique et sociale de travailler avec une association d’insertion locale pour la fabrication des couches. En temps que future maman et utilisatrice, c’est le fait que de nombreuses crèches alentours finissaient toujours par adopter les couches boubou, après quelques semaines de période test. Et puis je dois bien avouer que Pamela, la responsable de l’association avec qui j’ai été en contact a été d’une écoute et d’une qualité de conseil hors pair. Répondant patiemment à mes innombrables questions et doutes, et ne me forçant jamais la main. Son objectif étant clairement que chaque parent trouve le système de couche qui lui convienne le mieux, que ce soit celles qu’elle propose avec Bou’de Nature ou un autre.

Après plusieurs échanges et de nombreux comparatifs sur internet, la gentillesse, la patience et l’engagement de Pamela et de son association ont fini par me convaincre à partir sur un système de location pour le 1er mois afin de tester grandeur nature ! Ayant peur de m’enflammer un peu au vu des réactions de mon entourage, ainsi que du budget conséquent que représente l’investissement dans des couches lavables, c’était je crois la meilleure des options. Il existe tellement de types de couches différentes que finalement, la meilleure façon de savoir ce qui nous convient, c’est encore de tester. Ainsi, vous vous rendrez compte des points qui importent vraiment pour vous et de ce dont votre bébé a réellement besoin.

Les couches de Bou’de Nature sont en chanvre et coton bio et sont en deux parties : la couche en elle-même, dans laquelle vous pouvez glisser un voile de protection (toujours plus pratique afin de récupérer et jeter les selles de votre petit), puis la surcouche ou culotte de protection que vous enfilez par dessus pour assurer l’étanchéité. Pour tester de façon confortables, il est conseillé d’avoir 20 couches (qui sont comprises dans le forfait location), à laquelle vous devrez ajouter l’achat de 3 culottes de protection, et une boîte de voiles.

Ce que l’on a apprécié

  • la démarche locale et éthique de Bou’de Nature (insertion, recyclage, etc.)
  • l’écoute, le conseil, la gentillesse de Pamela
  • la qualité des couches avec lesquelles nous n’avons quasiment pas eu de fuite en un mois d’utilisation. A noter que c’était pourtant sur un tout nouveau-né, un petit gabarit donc, surtout que notre bonhomme a eu du mal à se remplumer les premières semaines.
  • la possibilité de pouvoir louer et tester les couches avant d’investir
  • le coût relativement accessible de ces couches par rapport à d’autres que l’on peut trouver dans le commerce

Ce que l’on a moins aimé

  • le fait que la couche était entièrement mouillée et donc la surface de contact humide avec la peau de notre bébé relativement grande (même si bien sûr ses vêtements eux restaient bien au sec grâce à la culotte de protection). A noter néanmoins que cela ne lui a jamais provoqué de rougeur ou d’érythème et qu’il n’a jamais semblé manifester la moindre réaction de gêne ou d’inconfort.
  • les culottes de protections que l’on ne changeait pas à chaque fois suivant les conseils de Pamela et de tous les utilisateurs, mais qui pour moi gardait une forte odeur d’urine. Bien sûr il aurait été possible de les changer à chaque fois, mais le budget global (et le nombre de lessives quotidiennes) aurait été considérablement augmenté
  • la taille de l’ensemble couche + culotte de protection que nous trouvions vraiment grosse sur les fesses de notre lapin (peut-être que cet effet s’atténue au fur et à mesure que bébé grandit)
  • le côté moins pratique de ces deux parties distinctes à mettre successivement : couche + culotte de protection. Point qui gênait plutôt mon mari, moi beaucoup moins.
  • le temps de séchage relativement long des couches alors que nous étions encore au mois d’août et que nous pouvions étendre notre linge dehors

Si de mon côté, j’hésitais encore à poursuivre avec ces mêmes couches pour la suite, mon mari lui m’a clairement fait comprendre qu’il voulait tester d’autres modèles. Ce que nous fîmes. L’avantage étant qu’avec cette première expérience nous avions de nouvelles conditions à ajouter à nos recherches et sélections : un système plus pratique si possible, avec une surface absorbante moins grande et un temps de séchage plus rapide. Après à nouveaux de nombreuses heures de recherches/comparaisons/discusssions avec d’autres mamans utilisatrices, nous avons commandé un kit d’essai chez la marque Hamac Paris.

Notre seconde expérience : les couches Hamac Paris

La marque Hamac propose deux types de couches lavables : la Hamac, celle que nous avons testé puis choisie définitivement, ainsi que la T-mac qui est séparable. Nous avons opté pour la Hamac classique qui semblait totalement répondre à nos attentes.

Ce système est composé d’une culotte, sur laquelle est cousue une poche étanche ou nacelle dans laquelle on glisse simplement une lingette absorbante, ainsi qu’un voile que l’on pose par dessus. Si mes explications ne sont pas claires, ces petits dessins ci-dessous extraits du site ou encore cette vidéo devraient vous aider !

La question (légitime!) que se posent tous les néophytes en couches lavables : NON, il n’y a pas besoin de nettoyer/toucher/râcler les selles de votre bébé : il suffit de retirer délicatement le voile qui les contient et de le jeter à la poubelle. Dans le cas où il y a débordement (bonjour les bébés allaités et leurs selles liquides :-)), il suffit de rincer la culotte et la poche à l’eau claire, et zou, tout passe directement à la machine. Mais sincèrement c’est loin d’être le cas à chaque change. Niveau entretien, nous ajoutons les couches et lingettes à nos lessives de vêtement, avec bébé les machines sont devenues quotidiennes, alors cela ne nous demande pas de grands efforts supplémentaires ! Nous faisons simplement attention au choix de la lessive qui ne doit pas contenir de glycérine, d’adoucissant ou de parfum synthétique.

 

Pourquoi on les aime ?

  • leur matière certifiées ökotest : la culotte est en microfibre  Meryl® qui facilite le transport de l’humidité corporelle, augmente la vitesse de séchage et évite le refroidissement de la peau. La nacelle est en polyuréthane respirant et imperméable. Les absorbants sont soit en microfibre, soit en coton biologiques et les voiles sont en cellulose recyclable.
  • le fait qu’elles soient super pratiques à utiliser et se mettent réellement comme une couche classique jetable.
  • la qualité qui est au rendez-vous : peu de fuites, des couches et accessoires qui survivent aux multiples lavages sans souci
  • leur temps de séchage très rapide que ce soit les culottes ou les lingettes (en microfibres chez nous, celles en coton bio doivent demander sans doute plus de temps!). Le séchage est un critère de la plus haute importance pour nous qui n’avons pas de sèche-linge et n’en voulons pas. Ce qui est pratique en tout temps, mais encore plus lorsque vous vous apercevez que votre stock de lingettes absorbantes propres est au plus bas !
  • le fait qu’elle ne fassent pas des grosses fesses. Sans doute un peu plus que des couches jetables mais pas autant que d’autres couches lavables qui sont parfois plus qu’imposantes !
  • leur esthétique : les couches Hamac sont jolies ! Ce n’est certes pas le plus important, nous sommes d’accord, mais c’est un petit plus non négligeable. Les différents modèles existent dans de nombreux coloris fréquement renouvelés, et il existe même des éditions limitées chaque saison (oui, le marketing est partout !!)
  • les lingettes absorbantes plus épaisses : parfaites pour la nuit (nous rencontrons d’ailleurs moins de mésaventures avec celles-ci qu’avec des couches jetables), et également pour les
    sorties un peu longues.

Des inconvénients ?

  • les voiles de la marque Hamac : nous avons préféré ceux de notre boutique bio de la marque Popolini, trouvant qu’ils correspondaient mieux que ce soit en terme de taille, d’épaisseur et de solidité
  • le prix : il faut bien l’avouer les couches Hamac font parties des couches lavables haut de gamme. Néanmoins leur praticité (ainsi que tous les points cités ci-dessus bien sûr) nous a complètement séduit et nous n’avons pas hésité à réitérer l’expérience en achetant les tailles M il y a quelques semaines.
  • l’odeur parfois un peu forte des urines même en changeant son petit chaton souvent (selon ce qu’il a mangé… coucou chou-fleurs et brocolis ;-)). Toutefois, je pense que ce point est inévitable à partir du moment où le système de couche lavable ne contient pas d’absorbeur d’odeur chimique… c’est la contre-partie à accepter ! Si jamais vous avez des astuces, je suis bien sûr preneuse.

Voilà, cet article touche (enfin!) à sa fin. J’espère que vous avez appris quelques petites choses sur ce sujet, et que j’ai réussi à le démystifier quelque peu. Ou tout du moins à lui enlever l’image hippie/bobo/bio/écolo qui lui colle un peu trop à la peau selon moi ! Comme toujours si vous avez des questions ou des témoignages  à partager, sentez vous libre de le faire ici dans les commentaires, sur les réseaux sociaux ou par mail en message privé. Je suis toujours ravie de lire et vous répondrai avec plaisir !