Allez je reviens un peu parler de RGO par ici ! Après l’aspect physiologique et l’aide de l’argile blanche, je voulais parler du REF… acronyme que je ne connaissais pas du tout il y a encore qqs semaines, tout simplement car je n’y avais pas été confronté lors de mon premier allaitement. Quand on dit que c’est différent pour chaque enfant… et que rien n’est prévisible 😉 

Alors le REF, c’est quoi ?

Définition de la Leche League : le Réflexe d’Ejection Fort correspond au « lait qui coule tellement rapidement au moment du réflexe d’éjection que le bébé au sein n’arrive pas à tout avaler. Il peut alors s’éloigner du mamelon ou hoqueter, crachoter et avaler de l’air. Il peut même s’agiter dès qu’on le met au sein parce qu’il a appris à anticiper les difficultés. »
 
Le REF peut donc être l’une des sources de reflux pour votre bout de chou ! En plus d’autres symptômes souvent observés : bébés qui ont du mal à têter, s’énervent au sein, ont des coliques, régurgitent, des selles explosives et de couleur verte…
 

Comment faire pour aider bébé à gérer ce REF ? 

  1.  j’en avais déjà parlé dans un article précédent concernant le RGO : il y a certaines positions d’allaitement qui aide clairement le bébé. Notamment la BN (Biological Nurturing) où vous êtes semi-inclinée vers l’arrière et bébé tête allongé à plat ventre sur vous, au dessus du sein. De cette manière, le lait doit « monter » ce qui diminue le REF, et si celui-ci persiste, il suffit à bébé d’ouvrir la bouche pour que le trop plein ne s’écoule et qu’il ne s’étouffe pas avec ! D’autres positions peuvent également convenir, c’est évidemment à voir selon chaque couple bébé/maman : allongée, en ballon de rugby, verticale dans une écharpe de portage…). Tester, observer, chercher ce qui vous convient le mieux à tous les deux

  2. une autre possibilité est de tirer un peu de lait avant que votre bébé ne prenne le sein, car les plus forts réflexes d’éjection ont souvent lieu en début de tétée. Pas forcément besoin de tire-lait pour cela, vous pouvez très bien exprimer à la main. En pratique, je n’ai pas testé et j’avoue que cela ne doit pas forcément être simple, car les moments où mon petit a faim sont de vraies urgences ici !

  3. essayer de retirer votre bébé du sein qqs secondes, lorsque vous voyez qu’il y a trop plein de lait, qu’il n’arrive pas à déglutir correctement, et qu’il n’arrive pas de lui même à lâcher le sein.

  4. allaiter plus souvent, car ainsi la quantité de lai présente dans les seins est moindre et le réflexe d’éjection sera mois fort

  5. Attention, ce point est applicable uniquement si vous avez trop de lait (ce qui n’est pas forcément le cas lorsqu’on a un REF) et sur une période de qqs jours : ne présenter qu’un seul sein par tétée (et éventuellement soulager qq peu l’autre sein à la main pour éviter les engorgement, sans toutefois le vider complètement pour ne pas surstimuler votre production de lait).Cela permettra de réduire au fur et à mesure votre lactation et peut également être intéressant si votre petit souffre de colique. Cela lui évite d’avoir deux fois ce lait de début de tétée, très riche en lactose (le sucre du lait) sans arriver au lait de fin de tétée qui est lui riche en graisses et plus rassasiant. Le bébé ingère ainsi plus de lactose qu’il ne peut digérer (grâce à l’enzyme lactase) et souffre alors de ces fameuses coliques. 

Dans le dernier article de cette série, j’aborderai l’alimentation de la maman allaitante et comment elle peut avoir un impact sur le bien-être de votre petit bout ! Ici, clairement, c’est le point qui a le plus joué chez nous !